top of page

Le reblochon, maintenant, tout le temps

C’est au printemps que l’herbe est verte et qu’il est bon de voir brouter et ruminer les vaches dans les prés. 150 jours c’est le nombre minimum de pâturage par an nécessaire aux trois races de vaches autorisées (L’Abondance, la Montbéliarde et la Tarine) pour garantir une alimentation en lien avec les exigences de fabrication et de qualité d’un reblochon.

Bien plus de temps qu’il nous faut pour le déguster, on en convient !



Pourquoi on l’aime tant ?

Certes, le Reblochon est très onctueux et pourtant il n’est pas gras. En dépit de son apparence très crémeuse, il ne contient que 27 % de matières grasses, ce qui est moins voire bien moins que beaucoup d’autres fromages.


Tout réside dans le savoir-faire du producteur qui lui permet de préserver son humidité naturellement et, de fait, c’est ce qui va lui conférer sa plaisante et appétissante souplesse. On notera aussi que le Reblochon est riche en calcium, phosphore et oméga-3 !

Il a tout pour plaire…


Le plus dur sera surement de trancher pour un reblochon fermier (fabriqué à la ferme dans la foulée de chacune des deux traites à partir d’un même troupeau) ou un reblochon laitier (fabriqué en fromagerie une fois par jour à partir de l’assemblage du lait de plusieurs troupeaux). Pastille verte ou rouge, mon cœur et mes papilles balancent !! Choix Cornélien.


Un ancrage territorial fort.

Nous, on apprécie surtout le côté authentique de ce beau produit français travaillé avec amour par une « tribu » d’hommes et de femmes passionnés qui partagent au quotidien leur amour du fromage, des montagnes de Savoie et du travail bien fait.


Une tradition vivante et un savoir-faire patrimonial qui se partagent depuis 1958, année de sa première reconnaissance en AOP. Consommé dans la France entière, le Reblochon continue d’être fabriqué dans le respect des gestes historiques de sa fabrication, préservant son authenticité et l’expression de son terroir d’origine unique pour chaque fromage.


Le reblochon : à consommer de tout temps

65 ans c’est largement suffisant pour parler de succès ! Un constat qui permet aujourd’hui d’affirmer qu’il n’y a pas de saison pour en manger. Pour preuve, on en mange 16 600 tonnes par an !


En cuisine, on le retrouve de l’apéro au dessert. Indispensable en tout temps sur le plateau de fromages, le Reblochon se montre encore plus aromatique et savoureux en été. Son onctuosité séduit, et pousse à l’originalité.



On aime le confronter avec les fruits rouges ou l’abricot (frais en saison). En dès, avec un taboulé vert de boulgour, en bruschetta avec une belle tomate cœur de bœuf rehaussée de notes d’ail et d’huile d’olive.


On peut aussi tenter un accord patates douces en robe des champs ou un gaspacho de petit pois dans lequel on trempe généreusement une mouillette de pain de campagne agrémenté de reblochon cru. Un délice ! Sur une note sucrée-salée, il se marie parfaitement avec une brioche au safran au léger goût d’anis et offre une explosion de saveurs en bouche.

Côté accords mets-vin, la rédaction de Showcase Magazine vous recommande 5 associations (à consommer avec modération).

Avec un vin Rosé

  • Côtes de Provence, Mirabeau en Provence Etoile 2022


  • Côtes de Provence, Domaine des Peirecedes regue des botes 2022 (bio)


  • Tavel Les Vignerons de Tave & Lirac, Trésor des Sables 2022




Avec un vin Blanc

  • Crémant de Bordeaux, Vignobles Billières Domaine du Cassard blanc brut 2019


Avec un vin Rouge

  • Grignan-les-Adhémar, Domaine de Montine Emotion_2020 (label HVE)


Notez toutefois que si un vin blanc de Savoie fruité et gourmand est aussi une valeur sûre, une bière ambrée artisanale fonctionne également à merveille.

Bref, vous l’aurez compris, il n’y a pas de règles, ni de style, ni de lieu pour déguster un reblochon. Tout est une question de goût, d’originalité et de convivialité.

bottom of page